CALOR-OBUS

Prix réduit Prix €150,00 Prix régulier Prix unitaire  par 

Taxes incluses. Frais de port calculés à l'étape de paiement.

Des obus ont trouvé une seconde vie en étant transformés en bouillotte, comme ce modèle... A qui a bien pu appartenir celle-ci ? Et qui l'a fabriqué ?... Des questions sans réponses, mais une histoire incrustée dans sa mémoire... Comme quoi, l'upcycling n'est pas un concept novateur ! 

Et ces anciens chauffages Calor des années 50, avec leur parabole pour réfléchir la chaleur ? Il ne fallait pas s'approcher trop près, au risque de se brûler... La sécurité avait ses limites !

Pour cette lampe détournée, j'ai voulu garder l'esprit de la chaleur, du bien être en associant deux éléments qui les représentaient... Avec sa parabole orientable, cette lampe pourra trouver sa place dans différents univers. A vous de trouver sa meilleure place !

  • C'est un modèle unique, une lampe à poser vintage.
Avec quoi je suis faite :
  • Une bouillotte en cuivre fabriquée avec un obus.
  • La parabole d'un chauffage Calor des années 50, avec sa poignée en bakélite.


Caractéristiques techniques :

  • Dimensions :  9 cm (diamètre base) x 55 cm (H) - diamètre de la parabole : 28 cm - Poids : 1.170 kg 
  • Fil électrique recouvert d'un textile torsadé en jute - Longueur : 170 cm
  • Interrupteur modèle torpille unipolaire et fiche de couleur transparente
  • Douille métal E27 argenté - Ampoule LED fournie
  • Montage électrique neuf, aux normes CE

Je donne un nom à chaque lampe pour leur affirmer leur identité et les rendre unique. Chaque lampe est emballée avec soin dans du papier bulle, et calée au maximum pour garantir au mieux sa protection. J'ai choisi d'utiliser des cartons recyclés pour les envois, afin de rester fidèle à mon engagement écoresponsable. 

    Bonus : l'obus

    Pendant la première guerre mondiale, les poilus passaient aussi beaucoup de temps dans les tranchées, en dehors des combats. Ils fabriquaient avec des éclats ou avec des obus entiers, des objets de tous les jours : bijoux, vases, bouillotte, briquets… Ils pouvaient même fabriquer une petite guitare avec un casque. C’est ce qu’on appelle l’artisanat des tranchées.

    La bouillotte : Quand il faisait froid, la nuit, le poilu mettait de l'eau dans la bouillotte et la faisait chauffer sur un réchaud ou directement sur les braises du feu, pour avoir un peu de chaleur et de réconfort...

    Pour en savoir encore plus sur cet art : https://histoire-image.org/fr/etudes/artisanat-tranchee