L'upcycling


Upcycling en version française signifie surcyclage, c'est à dire" recyclage vers le haut".

Mais fabriquer du neuf en utilisant du vieux n’est pas un concept novateur : En Inde et en Egypte ont été retrouvées des traces de patchworks, datant de l'ère antique. 
Un autre exemple architectural : les temples romains ont été construits avec des pierres empruntées à des temples grecs. Ce sont ces mêmes pierres avec lesquelles ont été bâties les églises romanes !

Un peu d'histoire linguistique

Le terme "upcycling" a été utilisé pour la première fois en 1994 par Reiner Pilz, en Allemagne lors d'une interview.
Cet ancien ingénieur mécanique reconverti dans l'aménagement intérieur oppose ce qu'il appelle le downcycling, soit le recyclage traditionnel "destructeur", à l'upcycling, une pratique qui permet à des objets usagés de gagner de la valeur plutôt que d'en perdre.

Mais c'est en 2002 que ce terme d'upcycling a connu le plus gros succès avec le livre Cradle to cradle, Créer et recycler à l’infini, de William McDonough et Michael Braungart.

Toutefois cette pratique a été utilisée bien avant dans les pays en voie de développement pour lesquels accéder aux biens de consommation peut être compliqué.

Les pays développés ont repris le concept et, à leur tour, ont récupéré et valorisé  les objets.

Le surcyclage se démarque du recyclage grâce son caractère unique et à la valeur ajoutée de l'objet recyclé. Cet acte de transformation est porteur de créativité et permet de véhiculer un message.

Les bénéfices

L’upcycling est un concept responsable et éthique, ayant un impact positif sur l’environnement. Cette opération permet de valoriser les déchets et nécessite très peu voire aucune d’énergie dépensée. Il est aussi économique car les matériaux d’origine sont moins chers.

Il s'inscrit dans l'économie circulaire et tend vers une volonté de développement durable. C'est un geste écologique pour les uns, nostalgique pour les autres, voire même social.

Un mouvement global

Le concept fait aussi fureur jusque dans l’univers du luxe. En effet pour plaire à leurs consommateurs en quête d'une consommation plus juste, les marques prestigieuses doivent de plus en plus penser à des valeurs éthiques, éco-responsables et durables.

Hermès par exemple, adopte ce concept via ses collections Petit h. Des artisans, artistes et designers travaillent à réinventer les chutes de matières. 


L’upcycling va-t-il devenir l'un des piliers de l'économie
circulaire comme son grand frère le recyclage ? On a tout intérêt à voir cette tendance continuer de se développer pour faciliter la transition écologique.